Andrea Jug-Höhener dirige le département d’investigation en matière de criminalité économique de la police cantonale zurichoise. Cette juriste de formation explique dans l’interview que le glissement des pratiques liées à la tromperie vers le domaine numérique observé de longue date est encore sans doute favorisé par l’émergence de la pandémie du Covid-19. Elle cite à titre d’illustration les nombreux achats en ligne qui ne sont jamais livrés ou payés. Les escrocs aux placements en ligne développent notamment leurs activités. Pour des individus notamment fragilisés par la pandémie il est difficile de ne pas céder au chant de ces sirènes, promettant des rendements élevés. La collaboration intercantonale et internationale rend désormais possible ou facilite l’identification des groupes d’auteurs et d’identifier et localiser des commanditaires. Une action coordonnée est essentielle en la matière.

Le nombre de fraude aux crédits Corona est élevé. Dans le canton de Zürich on dénombrait en novembre 202 plus de 150 cas pour une somme totale avoisinant les CHF 30 Mio. L’aide aux entreprises touchées par la pandémie devant être rapide et facilitée, les contrôles n’ont pu être faits comme à l’accoutumé. « Cela a naturellement encouragé les abus » indique Andrea Jug-Höhener.

Andrea Jug-Höhener

Andrea Jug-Höhener dirige depuis 2016 le département d’investigation en matière de criminalité économique de la police cantonale zurichoise. Elle a auparavant officié en tant que procureur au ministère public III pour la criminalité économique à Zurich. Avant de rejoindre la poursuite pénale, Andrea Jug-Höhener a travaillé comme avocate dans des cabinets d’affaires à Zurich et à New York et a été assistante de recherche et conférencière à l’université de Berne.

Outre sa fonction au sein de la police cantonale zurichoise, Andrea Jug-Höhener enseigne à l’école de police de Zurich, à l’Institut suisse de police et dans diverses universités et hautes écoles spécialisées.

Après avoir obtenu sa licence en droit à l’Université de Saint-Gall en 2003, Andrea Jug-Höhener a été admise au barreau de Zurich en 2004 et a notamment obtenu un LL.M. à la Columbia University School of Law de New York en 2011 et a reçu son doctorat de l’Université de Berne à l’Institut de droit pénal et de criminologie en 2014. Elle a poursuivi en 2016 puis en 2018 avec un CAS en droit pénal des affaires et un CAS en ” Conduite des engagements de police à l’échelon d’officier “.