Infractions contre le patrimoine 4.0: la technologie au service des fraudeurs?

L’ASECE organise régulièrement des séminaires de formation continue à l’attention de ses membres ainsi que des personnes intéressées au domaine de la lutte contre la criminalité économique.

La conférence s’est tenue le 3 novembre 2017. Nous avons eu le plaisir de vous accueillir nombreux  à notre séminaire 2017 de l’ASECE. Merci à tous pour votre participation et notez dans vos agendas la date de notre prochaine conférence, le 9 novembre 2018, à Berne !

L’avènement de l’informatique a conduit le législateur à étoffer l’énoncé des infractions contre le patrimoine, en particulier en introduisant dans le code pénal les infractions informatiques, telles que la soustraction de données, l’accès indu à un système informatique, la détérioration de données et l’utilisation frauduleuse d‘un ordinateur. Dans un même temps, les nouvelles technologies ont constitué un nouveau véhicule pour la commission d’infractions courantes contre le patrimoine, en particulier, l’escroquerie, l’abus de cartes-chèques et de cartes de crédit, l’obtention frauduleuse d’une prestation. Le code pénal suisse reconnait ces infractions, mais cela suffit-il pour en appréhender tous les contours ?

Au plan international, la convention européenne sur la cybercriminalité, conclue en 2001 déjà et ratifiée par la Suisse en 2011 apporte-t-elle des réponses adéquates à cette problématique ou est-elle déjà obsolète ? Est-il possible de tirer un bilan, même provisoire de son adoption par quelque 52 nations ?

Au niveau de l’enquête, les moyens à disposition des spécialistes sont-ils adéquats ? Nos forces de polices disposent-elles des ressources pour mener à bien les investigations ? Dans ce domaine en évolution rapide, quels sont les nouveaux défis ?

Malwares, Phishing, APT, Ransomware, ingénierie sociale : des phénomènes désormais concrets qui, grâce, ou à cause des dernières évolutions technologiques franchissent la barrière virtuelle pour faire irruption dans notre réalité quotidienne, tel que l’illustre parfaitement le fort développement des objets connectés (IOT). Grâce au Smart Contract, notre électronique ménagère sera-t-elle bientôt à même d’assurer elle-même son approvisionnement, sa maintenance, voire son remplacement ? La technologie Blockchain semble avoir séduit les criminels, mais contient-elle aussi en elle les germes d’une nouvelle société de l’information, plus transparente, plus juste et équitable, devenant ainsi acteur en matière de lutte contre la cybercriminalité ?

L’ASECE vous invite à partager cette journée passionnante d’échanges d’expériences sur des thèmes qui désormais font partie du quotidien de toutes celles et ceux qui luttent contre la criminalité économique.

Votre comité de l’ASECE

2017-11-22T10:09:29+00:00